_edited.png

Enfermé dans mon téléphone
une expo et des actions culturelles

Le projet Enfermé dans mon téléphone, soutenu par la Communauté de Communes Bazois Loire Morvan, la Région Bourgogne Franche Comté, et le Carré, Scène Nationale de Château Gontier, s'articule autour de clichés photographiques réalisés par Stéphanie Lacombe mettant en scène la cabine téléphonique dans des lieux insolites, ce qui donnera lieu à l'exposition Déconnexion [Définition : état de ce qui est déconnecté.] et d'ateliers pédagogiques autour de la photographie au cours desquels les participants utilisent des téléphones pour créer des auto-portraits insolites.

L'expo

Il fut un temps, pas si éloigné, où la cabine téléphonique était une nouvelle technologie. Aujourd’hui le fossé entre elle et nos Smartphones est aussi béant que celui qui sépare l’Homo sapiens des dinosaures.

La cabine téléphonique est l’objet symbolique autour duquel s’est organisée notre réflexion. C’est le principal élément de scénographie de la pièce de théâtre, et c’est également l’objet d’étude que nous souhaitons exploiter avec Stéphanie Lacombe. Quelle place a pris le téléphone dans nos vies, que cela raconte-t-il de nos solitudes ?

Les objectifs

L’une des problématiques d’un territoire comme la Bourgogne-Franche-Comté, est le tissage d’un maillage culturel aussi dense que possible y compris dans les zones ultra rurales éloignées des grandes villes où la grande majorité des propositions artistiques est concentrée. L’accès au spectacle vivant pour un habitant de Lanty ou de Fours (58), est un véritable défi que relèvent avec vigueur les grands pôles artistiques (la Maison de Nevers, l’ARC, etc...) en s’appuyant sur les petites municipalités ou les communautés de communes. Les compagnies de théâtre représentent le maillon indispensable à la chaîne puisque ce sont elles qui font les propositions artistiques destinées à s’ancrer dans cet effort.

La compagnie f.o.u.i.c depuis près de 20 ans, cultive sa capacité d’adaptation afin de proposer une diversité de spectacles tantôt pensés pour les grands plateaux, tantôt conçus pour les conditions difficiles de la diffusion en ruralité.

Le projet Déconnexion s’inscrit à plusieurs titres dans cette diversité puisqu’il comprend une forme de plateau, et son alter ego destiné au travail de décentralisation, plus léger, tout terrain, afin de pouvoir porter le théâtre au plus près de la population rurale. Nous pensons néanmoins que la proposition théâtrale seule ne suffit pas et qu’il est bon de l’accompagner d’un travail de terrain auprès des populations, un travail afin que les gens se sentent concernés par le théâtre, qu’ils ne sentent pas seulement spectateurs regardants mais aussi sujets regardés, objets d’une attention, en un mot, considérés. Ce basculement du regard nous semble être un moyen puissant pour faire circuler la culture, qu’elle ne soit plus un horizon lointain et étranger, mais qu’elle entre dans le quotidien des gens, qu’ils s’y sentent partie prenante.

Pour opérer ce changement de regard, nous avons souhaité le penser, le concevoir en collaboration avec une artiste qui a fait du regard sa spécialité, la photographe Stéphanie Lacombe. 

_edited.png

Déconnexion
    [Définition : état de ce qui est déconnecté.]

Capture d’écran 2021-06-10 à 11.35.23.pn

@Stéphanie Lacombe — école Lakanal (Decize, 58)

Note d'intention de Stéphanie Lacombe

La pièce de théâtre Téléphone-moi c’est l’histoire de trois destins sur trois générations. La cabine y est représentée à chaque fois dans son modèle de l’époque, elle devient l’élément clef de la pièce. Les auteurs et metteurs en scène, Clotilde Morgiève et Jean-Christophe Dollé, de la compagnie Fouic Théâtre, m’ont invitée pour une collaboration artistique autour de cette boîte légendaire.

La cabine, par définition, est un espace minuscule posée sur un trottoir et adaptée pour un seul individu, elle est destinée à isoler du bruit afin de pouvoir tenir à l’extérieur de chez soi des conversations privées à l’abri des intempéries. Elle concentre à elle seule des millions d’histoires intimes au travers des appels passés, mais aussi les histoires qui se sont déroulées en son sein. Je me rappelle avoir attendu dedans des heures, priant que personne ne vienne passer un coup de fil, pour recevoir celui de mon amoureux... je me souviens aussi de celle choisie par un SDF pour y passer ses nuits. La cabine est une source d’inspiration et sa disparition est la conséquence d’une société devenue hyperconnectée et mobile.

Il y a encore 20 ans, la France comptait près de 300 000 cabines au titre du « service universel » téléphonique. Depuis 2018, elles ont disparu de nos paysages. Le smartphone a donc remplacé le combiné téléphonique. Celui-ci nous permettait de nous relier les uns aux autres, de sortir pour téléphoner, on se donnait rendez-vous pour s’appeler... contrairement au mobile qui, par ses multifonctions et sa diffusion semble plutôt nous isoler. Regardons dans la rue ou sur les terrasses de café, nous sommes reliés à nos portables en permanence.

Pourtant la connexion, c’est avant tout du lien. Nexus en latin signifie aussi bien unir, enlacer, qu’enchaîner ou emprisonner. Ce qui nous relie peut aussi nous entraver. Le lien, nous en avons besoin, mais c’est un comble que l’écran, c’est-à-dire étymologiquement « l’obstacle », soit devenu la principale médiation entre les êtres humains.

Au contraire, c’est parce que nous sommes séparés les uns des autres par la mobilité géographique et par le rythme de nos vies que nous avons besoin d’être reliés, malheureusement virtuellement, par les réseaux sociaux.

Les photographies que nous souhaitons réaliser, inviteront les spectateurs à penser la place et l’utilisation dudit « téléphone », dans son usage originel, au cœur d’une société hyperconnectée. Elles questionneront et illustreront les conséquences du mobile sur nos relations sociales. Pour marquer l’évolution de son usage, nous allons nous amuser à remplacer le smartphone par la cabine téléphonique, dans des situations de la vie quotidienne et mettre ainsi en lumière la place disproportionnée qu’il a pris dans nos existences.

L’idée, c’est de donner à voir l’absurdité du monde contemporain piégé par l’emprise d’une connexion constante, et qui a pour conséquence, paradoxalement, l’isolement des êtres.

À l’instar du cinéaste Roy Anderson qui nous raconte la société de masse contrainte, soumise et vulnérable en un seul plan : il pleut, la rue est vide et les travailleurs sont tous agglutinés sous un abribus, silencieux.

Ainsi, avec la compagnie Fouic Théâtre de Jean-Christophe Dollé et Clotilde Morgiève, nous sillonnerons ensemble différentes zones de la Région Bourgogne-Franche-Comté et le territoire de Château Gontier au gré des collaborations, nous créerons du lien avec les habitants du territoire avec qui nous réfléchirons nos créations et mises en scènes artistiques. Nous souhaitons fabriquer des images dans les appartements d’immeubles HLM, dans des bureaux, des cafés, des champs, des rues, des supermarchés... en somme : les endroits communs. Ainsi il est possible de s’associer tant avec les dispositifs « politique de la ville » dans les zones citadines prioritaires, qu’avec les communautés de communes de la ruralité.

La compagnie dispose d’une réplique de cabine téléphonique démontable. Ainsi, pour exemple, nous pouvons facilement envisager la scène d’une mère au foyer chez elle, une casserole à la main, passant un coup de fil enfermée dans sa cabine téléphonique posée dans sa cuisine sous les yeux ébahis ou dans l’indifférence totale des enfants et du mari.

Je souhaite que les scènes soient très parlantes, cocasses et directes. L’absurdité, l’humour, l’incongruité seront les maîtres mots de notre orientation visuelle. Fidèle à mon travail depuis 20 ans qui raconte le quotidien des français, la banalité de la vie des êtres ordinaires que nous sommes tous, ce projet s’inscrit pleinement dans ma constante recherche de la place de l’humain dans un monde standardisé et formaté.

Stéphanie Lacombe

Les actions culturelles

livraison 10_15-26.jpg

Des ateliers, une exposition

Stéphanie Lacombe creuse depuis de longues années le sillon du quotidien, elle illumine de son regard facétieux et bienveillant le quotidien des familles dans leur intérieur, les vies solitaires. Son talent de cadreuse et la clarté qu’elle apporte à ses photos fait du sujet photographié, un être sublimé alors même que rien n’est triché dans le cliché, tout est au plus près du réel.

Associer théâtre et photographie dans un projet co-construit représente de nombreuses difficultés notamment en termes de production puisque les interlocuteurs, les dispositifs sont rarement transversaux.

Pourtant notre projet a bel et bien vocation à imbriquer les deux disciplines aussi intimement que possible aux différents stades de son évolution.

  • -  Des ateliers sont imaginés auprès des publics scolaires, et adultes, associant pratique théâtrale sous le regard de la photographe.

  • -  Des clichés mis en scène dans des lieux insolites de la région associeront à la fois l’art de la mise en scène propre au spectacle vivant, et l’art du cadrage et de l’éclairage, prérogative de la photographe.

  • -  Une exposition photo suivra la tournée sur spectacle en décentralisation, invitant le spectateur à vivre l’expérience théâtrale au cœur même de l’exposition.

    C’est à notre sens un merveilleux moyen de concerner le spectateur, qui plus est sur un sujet qui le renvoie à son intime, son quotidien mais sans l’y enfermer, puisque les photos tout comme la pièce de théâtre, ont à voir avec le merveilleux, le rêve, et l’extraordinaire.

    Nous proposons de fait au spectateur de s’interroger également sur son rapport aux écrans, à la connexion permanente et par conséquent sur l’évolution de son rapport au réel donc à l’humain.

Stéphanie Lacombe en quelques mots

Stéphanie Lacombe est née en 1976 à Figeac, dans le Lot. Elle est diplômée de l’école Nationale supérieure des Arts décoratifs (ENSAD). Ses travaux sont exposés en France, en Argentine, en Finlande, à Hong Kong et publiés par de nombreux magazines et quotidiens, parmi lesquels la Revue XXI, l’Obs, Courrier International, Le Monde.

Elle transmet son expérience de femme photographe à l’occasion de workshops menés auprès d’institutions publiques et privées : la Fondation Cartier, les Ateliers du Carrousel, le pôle photographique Diaphane, La maison Robert Doisneau, Les rencontres d’Arles.

Prix Niepce (2009) elle est lauréate du prix L’OBS (2020), de la Fondation Lagardère (2006), a reçu le Grand prix de la photographie documentaire et sociale de Sarcelles (2008).
En 2001, Sebastiao Salgado lui remettait le prix spécial du jury Agfa.

livraison 10_15-16_edited.jpg