_edited.png

L'équipe

Jean-Christophe   Dollé

Clotilde   Morgiève

JC_edited.jpg

f.o.u.i.c # binôme

Clo_edited.jpg

faut oublier un instant clotilde a été fondé en 2001 par le binôme

Clotilde Morgiève et Jean-Christophe Dollé,

tous deux formés à l’ESAD (Promotion 1992).


Dès leur rencontre Clotilde Morgiève et Jean-Christophe Dollé prennent conscience de la nécessité de s’établir en structure de création et fondent la compagnie f.o.u.i.c.

Animée par le désir de mettre en résonnance les dérèglements d’une société dans sa course folle vers le progrès, la miniaturisation, la prise de vitesse, le développement pathologique des interactions humaines, et au final le remplacement de l’humain, la compagnie f.o.u.i.c a abordé le sujet de la déshumanisation sous de multiples angles depuis sa création : la satyre sociale avec blue.fr (2006), l’étude psychiatrique avec Abilifaïe Léponaix (2010), la folie collective avec Mangez-le si vous voulez (2013), les écueils de la réalité virtuelle avec Timeline (2016) et les trois formes brèves itinérantes Acteur 2.0 (2016), Ma Virtuelle (2017), Mé Mo (2018) et pour finir la tuerie de masse avec Je vole… et le reste je le dirai aux ombres (2018).

f.o.u.i.c ne cesse de questionner le monde et ses changements, d’interroger une société qui paraît perdre le lien entre progrès et bonheur et avoir fait son choix dans l’altérité posée de longue date : science ou conscience.

Dans les sujets qu’il aborde au plateau comme dans la forme qu’il souhaite donner à ses créations, le binôme CM et JCD a pour ambition la rencontre entre un théâtre qui questionne, citoyen, engagé, dramaturgiquement exigeant, et un public que les préoccupations quotidiennes éloignent parfois de la prise de distance théâtrale.

Ce désir de déplacer le théâtre au plus près du monde, au-delà de ses propres murs, est né avec le travail de terrain réalisé à l’occasion d’une résidence de trois ans à la Maison du Théâtre et de la Danse d’Épinay-sur-Seine (2016-2018), portée par le Conseil Départemental de Seine-Saint-Denis, la Ville d’Épinay-sur-Seine et la région Ile-de-France. Une résidence où les 2 créations de plateau (Timeline et Je vole… et le reste je le dirai aux ombres) ont systématiquement été embrassées dans un corps à  corps permanent avec les publics d’un territoire multiple, ethniquement varié, culturellement cloisonné, socialement déséquilibré. Ce fut pour CM et JCD l’occasion d’aller au contact de cette population hétéroclite et de tester ce que le théâtre pouvait encore offrir comme sens à de jeunes travailleurs sans papiers, de vieilles personnes en EPHAD, d’adolescents hyper connectés, ou de femmes portant le voile.  Investis avec conviction dans leur mission, ils ont, en marge de leurs créations de plateau, personnellement pris en charge, 186h d’ateliers hebdomadaires, 114h de stages avec les services sociaux, et les établissements scolaires, 57 représentations de petites formes (en centres sociaux, médiathèques etc…), 43 représentations d’une visite théâtralisée de la MTD, 20 représentations de théâtre chez l’habitant, touchant sur ces trois années un public d’un peu plus de 2800 personnes.

C’est de cette nécessité de déplacer le théâtre au-delà des limites du plateau, que le projet de s’immerger chez les gens est venu. Trouvant une voie d’accès pertinente à un public, sans pour autant céder, au moment de la représentation même, aux facilités d’un théâtre qui pour rassembler ne voudrait être que divertissant, la compagnie f.o.u.i.c a investi avec la même énergie les appartements en haut des tours de cités, les pavillons coquets, et les locaux des services municipaux.

Le binôme du f.o.u.i.c est une hydre à deux têtes au fonctionnement complexe et aux compétences imbriquées. JCD écrit, CM met en perspective.CM pense les images en trois dimensions, JCD imagine une quatrième dimension sonore.

JCD s’attache à l’énergie sauvage de l’acteur, CM s’applique à l’envelopper d’une rigueur esthétique.

Ensemble ils pensent rythme, respiration commune, synchronicité, sens.

p1000871-modifier-1_edited.jpg

Solenn Denis

Actrice Téléphone-moi

Même si Solenn n'est dans ce spectacle que comédienne, elle est aussi autrice et co-dirige le collectif Denisyak en résidence au TNBA à Bordeaux et à la Passerelle à Saint Brieuc. Elle a entre autres créé Sandre, Scelus, Sstockholm. Elle anime des ateliers d'écriture en prison et si elle avait pu elle aurait été rock star mais elle a eu la flemme. La compagnie de Solenn

Stéphane co-dirige la compagnie Voulez-vous dans laquelle il joue et met en scène. Par ailleurs, il parle plein de langues, joue plein d'instruments, pratique le surf. Dans le spectacle il joue deux rôle, Henri en 1945 et Sam en 2000.

La compagnie de Stéphane

Stéphane Aubry

Acteur Téléphone-moi

Marie Hervé

scénographie et costumes

Son diplôme d'architecte et de scénographe en poche, Marie travaille très vite comme assistante scénographe de théâtre et d'Opéras auprès d'Emmanuelle Roy sur les spectacles de Ladislas Chollat, auprès d'Adeline Caron sur les spectacles de Louise Moaty, et d'Éric Soyer (Pinocchio / Pommerat, Où sont les ogres / Pierre-Yves Chapalain...).

Marie a su s'imposer comme une véritable partenaire de réflexion et de création dans notre équipe. C'est le 4ème spectacle qu'elle conçoit avec nous.

Magicien

Arthur est un vrai magicien. Il travaille régulièrement avec le collectif de magie nouvelle "14/20", mais c'est tout ce que nous savons, il est extrêmement mystérieux... il part dans des congrès de magiciens au Japon, en Espagne, (bizarre...) participe à des spectacles de Stéphane Ricordel au Montfort et refuse obstinément de nous donner un CV.

Arthur Chavaudret

Nico.jpg

Nicolas a une formation de boulanger, métier qu'il a exercé à Londres. Et puis finalement le voilà faisant les lumières de Pierre Notte, de Gérard Pottier de Jean-Jacques Vannier... c'est un bidouilleur avec un regard d'enfant.

Nicolas Priouzeau

Lumières

Son

Soizic part en tournée avec la conteuse Gigi Bigot et l’accordéoniste Michèle Buirette avec les spectacles Peau d’Ame et Poids Plume. Elle rencontre le conteur Pépito Matéo et son créateur son Frédéric Peugeot qui l’initiera aux outils informatiques au service du spectacle ainsi qu’à la multidiffusion, sur des spectacles comme Urgence, Parloir, Pola un Polar sans en avoir l’R ou Dernier Rappel. Soizic a travaillé sur la régie son du f.o.u.i.c spectacle Mangez-le si vous voulez en tournée et sa finesse d'écoute nous a donné envie de partager une première création, où elle conçoit entièrement le dispositif sonore. Voici la deuxième.

Soizic Tietto

Julia travaille régulièrement avec Marie Hervé et Adeline Caron.

Elle est costumière de la conception à la confection. Elle a des doigts de fée. Elle avait déjà fabriqué les costumes de Timeline et et conçu des prothèses afin de différencier les multiples personnages de Je vole... et le reste je le dirai aux ombres (faux

ventres, faux seins etc..) C'est le troisième spectacle qu'elle réalise avec nous.

Julia Brochier

Couture

IMG_4252_edited.jpg

Couture

Agathe Laemmel

Simon Demeslay

Simon est monteur vidéo, créateur lumière, inventeur de trucs fous, et avec nous il a imaginé une machine à pluie, un dévidoir de fil téléphonique et a équipé toutes les cabines en lumières. Il a aussi ressoudé des bidules qui se dessoudaient.

Plateau

Julie est maquilleuse et perruquière, elle travaille notamment régulièrement à la Comédie Française. Nous la découvrons sur ce projet et nous ne pouvons déjà plus nous en passer.

julie.jpg
agathe-ok_edited.jpg

Agathe est venue en renfort sur la fin du travail pour qu'on puisse aboutir à temps. Elle nous avait déjà sauvés en 2006 pour la création de Blue.fr.

Julie Poulain

Perruques

Flora est là depuis toujours, elle n'a pas vieilli, elle est toujours enthousiaste, et c'est un pilier de f.o.u.i.c. On la partage jalousement depuis 2013 avec le Ciné 13 où elle fait la programmation et l'administration.

Communication

Flora Guillem

Nina est en CM2, elle joue dans presque tous les spectacles de f.o.u.i.c parce qu'elle est rock'n roll

Nina Cauchard

la petite Voix

Diffusion Production

On a rencontré Barbara en Nouvelle Calédonie et à l'époque on s'était dit "oh si elle n'habitait pas à l'autre bout du monde... " Et puis elle est rentrée en Métropole (à Rennes, un peu à l'autre bout du monde aussi...) et on lui a sauté dessus. Et on ne peut plus se passer d'elle.

Barbara Sorin